Haïti-Sécurité: vers un retour à la normale à la Saline

Haïti-Sécurité: vers un retour à la normale à la Saline

Les deux gangs rivaux à La Saline ont paraphé, ce mardi, sous le patronage de la Commission Nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion (CNDDR), un accord de paix en vue rétablir la sérénité dans ce quartier situé au nord de Port-au-Prince.

Les deux parties demandent aux autorités centrales d’apporter assistance aux habitants de La Saline qui, selon elles, est clouée au pilori. Elles se disent prêtes à apporter leur collaboration dans les démarches visant à changer ce quartier considéré, aujourd’hui, comme une zone de non-droit.

Les habitants de La Saline sont dans l’espoir d’une vie nouvelle, grâce à cet accord paraphé par les gangs rivaux de ce quartier, sous les auspices de Commission Nationale de Désarmement, de Démantèlement et de Réinsertion (CNDDR). Le commissaire, Jean Rebel Dorcénat, continue d’exhorter les détenteurs d’armes illégales à les remettre à la commission arguant que le chemin qu’ils empruntent ne les conduira qu’à la tombe.

De leurs côtés, Marcel Siméon Junior et Jean Ronel Felix, représentants des deux gangs de La Saline, n’en demandent pas plus que la mise en place d’écoles professionnelles et la création d’emplois dans ce quartier qui est en manque de tout. La Saline en a trop souffert, il est temps, selon eux, d’y rétablir la paix. Ils demandent en ce sens, l’accompagnement de l’Etat central.

Depuis plus d’un an, des gangs armés de La Saline s’affrontent notamment pour le contrôle de la Croix-des-bossales, considéré comme le poumon économique du pays. Une situation qui a paralysé les activités sociaux-économiques de la région et a impacté le fonctionnement des organismes de l’administration publique de l’Etat situés dans la zone dont le parlement et la douane. Cet accord parviendra-t-il à l’établissement d’un climat de paix? Attendons de voir!

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langomier
    19 mars 2020, 00:04

    Il n’est même pas question de parler de la partie visible de l’iceberg. Et le commissaire Jean Rebel Dorcénat ne peut pas affirmer le contraire. Le 17 mars, pour parodier M. Dorcénat, la journaliste Liliane Pierre Paul n’avait pas manqué de faire savoir qu’en est-il des 11 familles qui font entrer des ARMES illégales dans le pays. Et pour conclure, elle avait fait allusion à M. Larco qui été arrêté. Et les 10 autres? Dans la balance des valeurs, les gangs ne pèsent pas plus lourds que ces familles qui prennent l’État en OTAGE. Y ap regle zafè Monopol yo ak fè Kontrebann!

    Il ne fait pas de doute, les voeux de Marcel Siméon Junior et Jean Ronel Felix vont être exaucer. En RÉSILIANT le contrat de BLACKOUT de 12 millions dollars américains, l’État central dispose beaucoup plus de ressources pour les politiques publiques. Et d’autant plus, "ti rès la se pou pèp la." Il est trop tard d’aboutir à cette conclusion, ouf! bon débarras. Frè ak Sè tèt kodèn mwen yo Bannann menm jan ak "analfabèt pa bèt" yo. JOMO te Antòtye, jou Bare l !

    L’observatoire

    REPLY