X

X


Les USA s’opposent à toute forme de violence, Haïti ne doit pas être une menace pour la région », dixit David Hale

Les USA s’opposent à toute forme de violence, Haïti ne doit pas être une menace pour la région », dixit David Hale

Le sous-secrétaire américain aux affaires politiques, David Hale, qui était en visite officielle en Haïti, vendredi dernier, a réitéré son appel à un dialogue inclusif et sérieux, entre les Haïtiens pour arriver à l’organisation des élections parlementaires et locales en octobre prochain.

« Les Etats-Unis s’opposent à toute forme de violence. Haïti ne doit pas être une menace pour la région », a déclaré David Hale au terme de sa visite de 24 heures en Haïti.

Au Palais national vendredi, le président de la République, Jovenel Moïse, s’était entretenu avec le sous-secrétaire américain aux affaires politiques. Les discussions ont porté sur la crise à laquelle fait face le pays.

“Nous avons eu des échanges sur la situation du pays. J’apprécie la disponibilité du gouvernement américain pour faciliter la recherche d’une solution inter-haïtienne à la crise sociopolitique”, avait posté le président Jovenel Moïse sur son compte Twitter, quelques minutes après la rencontre.

Durant la même journée, l’envoyé des Etats-Unis a discuté avec le Premier ministre, Jean Henry Céant qui a rapporté, via son compte Twitter également, que les échanges se sont articulés notamment autour de la nécessité de renforcer le processus d’institutionnalisation de la démocratie en Haïti à travers le dialogue.

Avant de quitter le pays, David Hale avait eu des discussions avec le Sénateur Evallière Beauplan, au nom de l’aile dure de l’opposition, le secteur démocratique et populaire. Il avait eu le temps que s’entretenir avec les représentants de la société civile et des droits humains dont l’ancienne protectrice du citoyen, Mme Florence Elie et le député de Pétion-ville, Jerry Tardieu.

Soulignons en dernier ressort que la visite de David Hale en Haïti a été l’occasion pour ce dernier de féliciter la police nationale d’Haïti pour son professionnalisme et sa neutralité, notamment durant cette période de crise.

 

 

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • John Francy NOZIL
    5 mars 2019, 12:53

    Les USA et le locataire du palais National ne comprennent pas l’empleur de la crise actuelle. C’est loin d’être une crise politique, elle est politique bien sûr mais aussi sociale et économique. Nous n’avons pas besoin l’organisation des élections en 2019, si non la mise en place les mécanismes pour assurer une transition réussite.
    1- La refondation de l’ETA est une urgence
    2- la nécessité d’une nouvelle constitution avec la séparation effective des pouvoirs d’État
    3- la mise en place des institutions prévues par la nouvelle constitution.
    4- la rédaction des lois d’application de la nouvelle constitution.

    Les élections générales sur la base de la nouvelle constitution viennent en dernier lieu dans la transmission politique.

    Nous sommes pour une nouvelle Hayti

    REPLY