Me Monferrier Dorval condamne l’attaque contre le Cabinet Madistin

Me Monferrier Dorval condamne l’attaque contre le Cabinet Madistin

Le bâtonnier de l’Odre des avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval, qualifie d’atteinte à la liberté d’opinion et d’expression l’attaque perpétrée contre le cabinet de Me Samuel Madistin, mercredi après-midi, au cours du mouvement de protestation des policiers réclamant un syndicat au sein de la PNH.

Selon l’homme de loi, l’opinion de Me Madistin ne peut en aucune manière justifier l’intervention violente contre son cabinet qui, rappelle-t-il, est inviolable. Le professeur Dorval en a profité pour rappeler aux policiers que le droit à la vie est garantie à tous les citoyens.

« C’était le chaos », a laché le bâtonnier pour exprimer ce qu’il a vécu dans cet après-midi de panique instauré par des policiers protestataires, dans plusieurs zones de la capitale. Ils ont incendié plusieurs véhicules et une génératrice sur la cour du cabinet Madistin et ont vandalisé les locaux de l’institution. N’était-ce l’intervention de certains riverains, tous les matériels et documents importants de l’ex-sénateur seraient parti en flamme.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Contrairement à la position de Me Madistin, le professeur Dorval reconnait que la liberté syndicale est garantie aux policiers. Toutefois, l’homme de loi a rappelé aux policiers qu’un citoyen peut avoir une position contraire. Il a aussi précisé que le droit de grève, distinct du droit syndical, peut faire l’objet de certaine restriction.

Le bâtonnier a lancé un appel au calme, invitant les autorités à prendre les mesures nécessaires afin de rétablir l’ordre dans le pays.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *