Protestation pro-SPNH: le cabinet de maître Madistin en feu

Protestation pro-SPNH: le cabinet de maître Madistin en feu

Des policiers sont à nouveau dans les rues pour revendiquer de meilleures conditions de travail et le droit de syndiquer. Sur leurs parcours, ces policiers ont incendié le cabinet de maître Samuel Madistin et 5 véhicules à Lalue.

Les sappeurs pompiers ne sont pas encore arrivés sur les lieux.

En début d’après-midi, ce même groupe de policiers ont offert un concert de balles à Delmas, à Bourdon ils ont cassé les vitres d’un véhicule immatriculé SE.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Rappelons que Me Samuel Madistin, radical dans ses positions, avait exhorté le directeur général de la police nationale à licencier tous les chefs de file du syndicat illégale de la PNH.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    20 février 2020, 01:20

    J’ai bien Lu, "Me Samuel Madistin, radical dans ses positions, avait exhorté le directeur général de la police nationale à licencier tous les chefs de file du syndicat illégale de la PNH." En ce sens, Me Madistin avait très MAL JOUÉ. Il est très loin d’être un spécialiste. Une fois le mouvement Syndical n’était pas tué dans l’oeuf, le haut commandement de la PNH n’avait pas d’autre choix que de négocier plutôt une sortie de crise à l’amiable, au lieu de sévir contre les contrevenants dans un pays aussi nan lib… TROP TARD!

    Le cabinet de Me Madistin ne mérite pas de passer par le feu. Mais, ne l’oubliez pas, nous sommes en Haiti. Le 3 avril 2000, Jean Léopold Dominique a été assassiné pour ses opinions. En idiot, Oriel Jean avait décidé de retracer au micro du tout-terrain Guyler C. Delva comment le Complot a été ourdi contre Dominique dans le cercle lavalas. Dans le pays d’Impunité, sans trop tarder, Oriel Jean avait connu le sort. Me Madistin n’était pas assez avisé pour prendre fait et cause pour la direction de la PNH, en ignorant les Revendications JUSTES de la policière Yanick Joseph et ses pairs.

    L’Observatoire

    REPLY