Signature d’un nouvel accord pour un dénouement de la crise

Signature d’un nouvel accord pour un dénouement de la crise

Des leaders politiques, des organisations de la société civile, des membres du secteur patronal, entre autres, ont rédigé un accord politique portant sur un dialogue inclusif inter-haïtien dans le but de trouver une issue à la crise qui secoue le pays. Cet accord a été présenté ce mardi 28 janvier à la société haïtienne.

Le pays fait face à une crise pluridimentionnelle. La population haïtienne en fait les frais. Face à ce constat, des personnalités issues de plusieurs secteurs de la vie nationale ont rédigé un accord dans lequel ils demandent à l’opposition de lâcher prise, pour permettre la tenue d’un dialogue inclusif devant favoriser un climat sécuritaire. Ce qui, du coup, permettra au garant de la bonne marche des institutions de mettre sur pied un gouvernement de sauvetage national qui aura pour but de redresser la barque du pays. Lequel gouvernement devrait avoir à sa tête un homme ou une femme d’ouverture, capable de rallier tous les secteurs vitaux et de faire l’équilibre nécessaire entre les forces politiques et sociales du pays afin de favoriser un climat de paix capable d’envoyer un signal clair qui pourrait permettre le déroulement des élections et la réforme constitutionnelle, préconisent les signataires.

Le prochain chef de gouvernement aura, entre autres, pour mission de rétablir l’autorité de l’État en renforçant les institutions républicaines ;
Travailler à la relance de l’économie nationale en mettant l’accent sur :
les infrastructures (routes, ports et aéroports, etc) ;
des incitatifs à l’investissement, selon ce que stipule l’accord de conciliation pour le sauvetage national signé par :Joseph Montès du Front National des Syndicats Haitiens (FNSH) , Fritz Charles de Konfederasyon Travaye Ayisyen (KOTA) , Jean Fritz de la Fédération Nationale des Transporteurs et Travailleurs Haitiens (FENATRATH)…

Pour beaucoup, la solution à la crise qui secoue le pays passe par un dialogue sans condition préalable. Hier encore le président de la République a tendu la main à ses opposants lors d’une cérémonie au Palais national.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *