Vers la fin du mandat du BINUH : Joseph Jouthe et Helene La Lime s’entretiennent

Vers la fin du mandat du BINUH : Joseph Jouthe et Helene La Lime s’entretiennent

Le mandat du Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH) arrive à terme en octobre prochain. En ce sens, le Premier ministre, Joseph Jouthe, a rencontré des responsables de la mission onusienne pour discuter, entre autres, de la continuité de cette mission.

Au cours de cette rencontre, le chef du gouvernment a exigé que des termes de références clairs soient soumis à son gouvernement. De plus, le locataire de la Primature veut la poursuite de l’audit et du vetting au sein de la PNH, selon un communiqué publié sur son compte Twitter officiel.

La réforme constitutionnelle a été soulevée par Mme Helene La Lime au cours des échanges. Cependant, le chef de la Primature pense que ce processus doit prendre en compte la participation active de différents secteurs de la société civile haïtienne.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    20 août 2020, 09:37

    La Reforme Constitutionnelle n’est pas l’affaire d’un pouvoir en CHIUTE LIBRE. Seuls des esclaves de "differents secteurs" du pays pourraient accepter de marcher dans une telle logique.

    Le moment n’est pas propice. D’autant plus, la Constitution ne constitue pas le principal probleme du pays. Ce n’est pas la constitution qui empechait a’ un president de lutter contre la CORRUPTION ou de RENEGOCIER les Contrats BLACKOUT qui PILLENT l’Etat avant le "pays lock." Il ne revient pas a’ la constitution de transformer tel ou tel dirigeant en MOUN ou petit esclave.

    La Constitution n’est pas parfaite, mais elle n’a jamais ete appliquee par les BOSSUS qui ont dirige’ le pays au cours des 34 dernieres annees. Qu’est-ce qui empechait a’ un esclave ou un president de creer le CE PERMANENT… et le CONSEIL CONSTITUTIONNEL?

    La Constitution ne demande pas a’ un president de servir son Clan politique et l’Oligarchie en lieu et place du pays. La Constitution fixe le role de chaque pouvoir et ses prerogatives. La constitution ne demande pas a’ un president d’etre le Prisonnier d’un "groupe de Bourdon" ou d’autres Pilleurs. Un "garant des Institutions" qui fait semblant d’ignorer ses descriptions de taches, le Blanc viendrait pour montrer le chemin.

    Les marassa Aristide/Preval avait fait l’Amere Experience. Le messie mort-ne’ JB Aristide a ete oblige’ de prendre le chemin de l’exil. Le rate’ Rene Preval avait fait place au radoteur Martelly, en laissant le presume’ assassin Jude Celestin a’ Marmelade. L’innocent Roberr MARCELLO a paye’ de sa vie pour avoir oppose’ a’ la mauvaise utilisation du fonds Petro Caribe. Mais oui, c »est la faute de la constitution!

    En 2011, une partie des votants avait donne’ un Mandat Specifique au president Michel Joseph Martelly. Les compatriotes avaient vomi Lavalas pour Gober, "BANM CHAWONY MWEN" en vue de l’amelioration de leurs conditions de vies. Sak pase la a? En 2017, "Bann Neg Bannann nan" avait le meme Mandat. KK RAT deye bret Pired Tet Kale.
    C’est une suite logique, sous couvert de la "TRANSITION de RUPTURE" d’autres Potentiels Voleurs sont a’ l’affut…

    Comme les freres siamois Aristide/Preval, Martelly/Jovenel n’ont pas ete a’ la Hauteur des Taches Historiques. NEXT.

    REPLY