5 mois depuis l’assassinat de Jovenel Moïse, l’enquête piétine

5 mois depuis l’assassinat de Jovenel Moïse, l’enquête piétine

Les proches de l’ancien chef de l’État continuent de réclamer justice. Entre l’intrusion par effraction dans le cabinet du juge d’instruction en charge du dossier, Gary Orélien, et les auditions qui ont eu lieu, dont celle de l’ancienne première Dame, Martine Moïse, l’affaire Jovenel Moïse semble stagner au fil du temps.

Jusqu’ici dans le cadre du dossier relatif à l’assassinat de Jovenel Moïse, les mercenaires accusés d’avoir commis le crime, le deuxième responsable de sécurité du Palais national, Dimitri Hérard et le coordonateur de la sécurité de l’ancien président, Jean Laguel Civil, ont été mis aux arrêts pour leur implication présumée dans cet assassinat.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Cet acte qui a aussi une portée internationale, a également attiré l’attention de plusieurs pays, dont les Etats-Unis. À cet effet, le FBI etait dépêché sur le territoire national pour contribuer à l’enquête. Mais jusqu’ici, aucune autre évolution du côté de l’international, mis à part l’arrestation en Turquie le 15 novembre dernier de Samir Handal, l’un des suspects dans cet assassinat. Celui-ci n’est toujours pas rapatrié en Haïti pour comparaître devant le juge en charge du dossier.

Le magistrat Orélien a, pour sa part, multiplié les invitations. En effet, plusieurs hautes personnalités ont déjà été entendus et d’autres devraient être auditionnées. Des hauts fonctionnaires sous la présidence de Jovenel Moïse, aujourd’hui écarté du pouvoir par le Premier ministre Ariel Henry, doivent comparaître par devant le juge Orélien. L’ancien ministre des affaires étrangères, Claude Joseph, l’ancien ministre de la justice, Rockefeller Vincent et l’ex-directeur général a.i de la police nationale, Léon Charles, devraient donc être auditionnés par le juge Gary Orélien entre le 13 et le 16 décembre 2021.

Cinq mois après, les circonstances de ce magnicide demeurent toujours non élucidées. Des doutes légitimes planent sur l’aboutissement de l’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *