Affaire Jovenel Moïse : « Le juge Gary Orélien et son greffier Elysée Cadet font des chantages aux indexés », révèle le RNDDH

Affaire Jovenel Moïse : « Le juge Gary Orélien et son greffier Elysée Cadet font des chantages aux indexés », révèle le RNDDH

Un rapport publié par le réseau national de défense des droits humains fait des révélations plutôt étonnantes concernant les agissements du juge en charge d’instruire le dossier relatif à l’ssasinsinat de l’ancien président Jovenel Moïse, Gary Orélien et de son greffier Elysée Cadet.

En effet, selon ce report publié par RNDDH le 6 janvier 2022, Oly DAMUS, le propriétaire de RJ Rent a Car, aurait été déjà victime de ses manoeuvres honteuses de la part de ces hommes de loi.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le RNDDH révèle qu’effectivement, « le 21 juin 2021, Joseph Félix BADIO s’est présenté au RJ Rent a Car en vue de louer
quatre (4) véhicules. Depuis lors, le contrat de location a été régulièrement renouvelé, le dernier  renouvellement datant du 1
er juillet 2021, pour une période de huit (8) jours. Après l’assassinat de Jovenel MOÏSE, deux (2) des véhicules en question ont été confisqués par la DCPJ. Ils n’ont jamais été remis à l’entreprise en dépit d’une décision en référés rendue le 15 novembre 2021 par le Tribunal civil de Port-au-Prince ».

Le réseau signal qu’entretemps c’est par voie de presse, le 6 décembre 2021, qu’Oly DAMUS a appris qu’il fait l’objet d’un mandat d’amener et d’une interdiction de départ, par ce qu’il n’aurait pas répondu à une invitation du juge, en date du 22 novembre, alors que le concerné n’a jamais reçu le mandat.

Le 9 décembre 2021, Elysée CADET s’est rendu à l’entreprise RJ rent car, comme étant l’émissaire du magistrat Garry ORELIEN, et réclame une voiture à son nom, tout en précisant la marque désirée, menaçant d’arrêter OLY DAMUS si ce dernier refuserait de faire suite rapidement à ses demande, poursuit le rapport.

En fin, le RNDDH souligne l’incompétence et un ensemble de manquements dans le cadre de l’enquête que mène le Juge Orélien. Ce qui porte cet organisme de défense des droits humains à conclure que l’instruction judiciaire est inexistante pour l’instant dans le dossier de Jovenel Moïse.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *