Assassinat de Jovenel Moïse : « Le gouvernement haïtien représente-t-il un obstacle à la justice nationale et internationale ? », s’interroge Joverlein Moïse

Assassinat de Jovenel Moïse : « Le gouvernement haïtien représente-t-il un obstacle à la justice nationale et internationale ? », s’interroge Joverlein Moïse

Rebondissement dans l’affaire de Jovenel Moïse. Son fils soupçonne le gouvernement haïtien de faire obstacle à l’avancement de l’enquête.

C’est sur son compte Instagram que le fils aîné de l’ancien chef d’Etat a exprimé ses préoccupations. Joverlein Moïse dit avoir appris que le gouvernement haïtien n’avait toujours pas donné suite aux demandes de la Turquie pour l’extradition de Samir Handal, l’un des principaux suspects.

« Nous avons appris de source fiable que depuis le 19 novembre 2021, le gouvernement turc a sollicité du gouvernement haïtien des documents indispensables à l’extradition de Samir Handal, l’un des principaux suspects dans l’assassinat du Président haïtien. Arrêté à Istanbul en provenance des États-Unis, ayant en sa possession des passeports jordanien, palestinien et haïtien. […] », a publié Joverlein Moïse sur son compte.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Tout en rappelant que le délai de 40 jours accordés aux autorités haïtiennes pour réunir les documents est presqu’arrivé à terme, Joverlein Moïse se questionne : le gouvernement haïtien représente-t-il un obstacle à la justice nationale et internationale ? Sachant surtout que l’extradition de Samir Handal ne sera plus possible si le gouvernement ne respecte pas le délai.

Outre le retard dans l’acheminement des documents de Samir Handal, Joverlein Moïse demande à savoir où en est l’extradition de Mario Palacios Palacios ? Ce dernier, qui est originaire de la Colombie, est suspecté d’avoir pris part au drame du 7 juillet. Il avait été arrêté à la Jamaïque en début du mois d’octobre.

Par ailleurs, bien que l’ancien chancelier haïtien Claude Joseph avait entrepris les démarches auprès de la Colombie et de la Jamaïque, faute d’un traité d’extradition, aucune nouvelle information n’a été communiquée.

« Nous sommes en droit de nous inquiéter de la VOLONTÉ RÉELLE des autorités en fonction de faire avancer l’enquête sur l’assassinat du Président de la République d’Haïti, Jovenel Moïse », s’inquiète-t-il.

À noter que d’après les déclarations de Joverlein Moïse, il reste aux autorités haïtiennes à peu près 15 jours pour fournir les documents demandés concernant l’extradition de Samir Handal.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *