Assassinat de Jovenel Moïse : Un an après, l’enquête est toujours dans l’impasse, regrette « Mouvman pwen final »

Assassinat de Jovenel Moïse : Un an après, l’enquête est toujours dans l’impasse, regrette « Mouvman pwen final »

Dans une entrevue accordée à Radio Uni FM, le coordonnateur de la structure socio-politique baptisée « Mouvman pwen final », le docteur Jean Chenet Ulysse, a dit regretter le fait qu’un an après l’assassinat du 58ème chef d’Etat haïtien, aucune avancée significative n’ait été enregistrée dans le cadre de l’enquête relative à ce crime crapuleux.

« L’enquête est biaisée », a déclaré Dr Ulysse qui n’a pas manqué de mots pour exprimer son pessimisme quant l’aboutissement du dossier. Pour illustrer sa thèse, le numéro 1 du « Mouvman pwen final » a cité des actes de sabotage, de pillage et de cambriolage survenus, à maintes reprises, aux greffes du parquet près le tribunal de première instance de Port-au-Prince et celui dudit tribunal ainsi que le cambriolage des carrés de plusieurs magistrats instructeurs.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Rien ne prouve que les pilleurs n’ont pas emporté des pièces à conviction, des matériels importants dans le cadre de cette affaire », a déclaré Dr Ulysse.

A cela s’ajoute le manque de moyens logistiques, financiers et sécuritaires en faveur des différents magistrats auxquels le dossier a été distribué.

« Un an après, les autorités ne font montre d’aucune capacité à mener ce dossier à bon port », a-t-il soutenu.

Par ailleurs, Docteur Jean Chenet Ulysse a tenu la communauté internationale, particulièrement les Etats-Unis d’Amérique, pour responsable de l’assassinat du président Moïse.

Si une quarantaine de personnes ont déjà été arrêtées dans le cadre de ce dossier, certaines, dont 5 agents de la PNH et l’homme d’affaires Samir Handal, ont été remises en liberté tandis que d’autres comme Joseph Félix Badio, sont toujours en cavale.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *