Assassinat de Yvon Bissereth : Ariel Henry dénonce un « acte barbare »

Assassinat de Yvon Bissereth : Ariel Henry dénonce un « acte barbare »

Les condamnations de l’assassinat de l’ancien sénateur et directeur de l’EPPLS, Yvon Buissereth, se multiplient dans la classe politique haïtienne. Pour le premier ministre Ariel Henry, c’est un acte barbare.

Du président du grand corps, Joseph Lambert, à l’ancien député de Kenscoff, Alfrédo Antoine, les réactions sont nombreuses.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Dans un message publié sur les réseaux sociaux, le chef du gouvernement a condamné l’assassinat suivi de calcination de Yvon Buissereth perpétré par le gang de «Ti Makak», à Laboule, dans l’après-midi du samedi 6 juillet.

« Je condamne avec vigueur et sans réserve l’acte barbare perpétré, hier, par des gangs armés de Laboule à l’encontre du directeur général de l’EPPLS, Yvon Buissereth, ancien sénateur de la République», a écrit le premier ministre.

Il a souligné que les assassins ainsi que tous les autres criminels qui sèment le deuil dans le pays, seront poursuivis dans leur dernier retranchement et doivent répondre de leurs actes ignominieux devant la justice. Par ailleurs, il encourage la PNH à décupler ses efforts en vue de continuer à traquer les bandits de tout acabit qui ensanglantent notre société.

De son côté, le président du sénat a qualifié l’assassinat du sénateur Yvon Bissereth d’acte révoltant avant de souhaiter condoléances à sa famille et ses amis.

«L’assassinat de l’ex sénateur Y. Buissereth, DG/EPPLS, brûlé vif et calciné dans son véhicule, est révoltant», a condamné l’ancien député de Kenscoff, Alfrédo Antoine, qui décrit la victime comme une personne consensuelle, tout en exhortant les forces de l’ordre à sévir contre les gangs et assurer le contrôle du territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *