Cambriolage du bureau du juge Orélien : les avocats de Joverlein Moïse exigent l’ouverture d’une enquête

Cambriolage du bureau du juge Orélien : les avocats de Joverlein Moïse exigent l’ouverture d’une enquête

Les avocats constitués du fils du défunt président, Joverlein Moïse, disent avoir appris avec stupéfaction que le cabinet du juge Garry Orélien, en charge d’instruire le dossier le dossier de l’ex-président Jovenel Moïse, a été vandalisé dans la nuit du 27 au 28 octobre 2021.

Cet acte scandaleux et inacceptable survenu en pleine période d’instruction de l’affaire Moïse et huit jours après la déposition d’une plainte avec constitution de partie civile par leur client Joverlein Moïse, peut causer des torts irréparables au déroulement de la procédure en cours.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Les avocats Patrice Florvilus et Diounol F. Jean disent prendre acte de la déclaration faite par le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Bernard St-Vil, laissant croire que le dossier de l’assassinat de l’ex-président est sécurisé. Les procès-verbaux ainsi que toutes les pièces à conviction, selon le doyen, sont sécurisés et gardés en lieu sûr.

En conséquence, ils exigent du doyen Bernard St-Vil, du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, une enquête administrative et judiciaires dans les plus brefs délais afin de faire la lumière sur cet événement et de fixer les responsabilités.

« Parallèlement, ils doivent adopter toutes les mesures nécessaires pour que les commanditaires de ces actes soient poursuivis et punis conformément à la loi », demandent les hommes de loi.

Les avocats Patrice Florvilus et Diounol F. Jean disent avoir constaté que, en moins de deux semaines, le véhicule du magistrat instructeur, Garry Orélien a été l’objet de deux attaques ciblées par des individus non identifiés. Préocupés par cette situation, les avocats Patrice Florvilus et Diounol F. Jean exigent des autorités que toutes les dispositions urgentes soient adoptées en vue de garantir la sécurité du magistrat instructeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *