Docteurs en Afrique ou aux Antilles, puis conducteurs de Taxi au Canada!

Docteurs en Afrique ou aux Antilles, puis conducteurs de Taxi au Canada!

Au Canada, il existe un phénomène surprenant : le phénomène des Africains et Antillais, hauts cadres dans leurs pays d’origine mais qui ont pris la vilaine décision de tout abandonner derrière eux pour venir vivre sur le sol canadien. Sauf que le Canada ne reconnait pas tout de suite les qualifications et diplômes qu’ils avaient acquis dans leurs pays d’origine et donc il n’y a pas de boulots dans leurs domaines qui les attendent.

Les docteurs, les ingénieurs et les juristes sont les plus affectés par ce phénomème. Ce qui s’explique logiquement : la médecine, l’ingénierie et le droit tels qu’enseignés en Afrique et aux Antilles (et même en Europe et en Asie) ne sont pas directement homologables au Canada. Vous ne pouvez pas atterrir au Canada et vous voir confier sur-le-champ le poste de docteur, ingénieur ou juriste avec vos diplômes obtenus à l’étranger. Vous vous retrouvez face à l’obligation de retourner aux études une fois au Canada pour valider certains cours spécifiques ou tous les cours, si vous tenez vraiment à trouver un emploi dans votre domaine.

Retourner aux études pour des immigrants de 45 ans ou plus, mariés avec des enfants?? N’est-ce pas une mission impossible?? Redevenir étudiant et nourrir sa famille et soi-même avec quoi pendant tout ce temps?? Rien!
Alors faire demi-tour? Retourner dans son pays d’origine et faire face à la honte? Oui, la honte parce qu’on a déjà vendu tous ses biens et rendu sa démission au pays avant de prendre l’avion.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

C’est ainsi que beaucoup d’Africains et Antillais qui étaient docteurs, ingénieurs et juristes dans leurs pays d’origine se retrouvent pris dans le douloureux piège de l’immigration. La plupart finissent par devenir conducteurs de taxis ou de Uber ou à travailler dans des entrepôts ou à faire du gardiennage. Ils sont plein au Canada.

Soyez sages et ne venez au Canada que quand vous êtes jeunes et que vous n’avez absolument rien à perdre!

Les Textes de Camara Laye

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

5 Commentaires

  • Ginou
    7 décembre 2021, 23:49

    Votre article ne revele que le sommet de l iceberg
    Dites plutot que ces cadres abandonnent leur Pays d origine pas par amour pour le votre mais par nécessité de sauver leur vie ou celles de leurs enfants
    Quand vos Pays dits ‘’ amis des nôtres ‘’ encouragés par des apatrides les rendent invivables ils ne leur restent que cela a faire
    Parcque une vie vaut plus que un diplôme de medecin ou d ingénieur ou de juriste
    Allez chercher de preference au fond des choses les vraies raisons qui les poussent a partir

    REPLY
    • Antoine Langomier @Ginou
      8 décembre 2021, 17:14

      Permettez-moi de dire chère Ginou, je vous donne toute la note, 100/100!!!

      De concert avec leurs maîtres, les esclaves domestiques et ceux des champs "rendent invivables" les sociétés. Dans le cas d’Haiti, lors du règne du faux messie JB Aristide (2001-2004), des milliers de compatriotes avaient laissé le pays. Et à la suite de l’ "Opération Bagdad 1 & 2" (2004-2006) des partisans du faux démocrate JB Aristide, pour échapper à la mort, des cadres s’empressaient de laisser le pays par des milliers.

      Sous Jovenel Moise et les Gangs G9, c’était la même configuration. Cette fois-ci, les compatriotes font peu de cas des États Unis ou du Canada, ils tentent leur chance partout (Argentine, Brésil, Chili, Équateur… et même la Turquie).

      Les cadres Haïtiens et Africains préfèrent gagner leurs vies dignement au Canada et États Unis en devenant des "conducteurs de taxis… ou de Uber, au lieu d’être de la race des Henry, Agenor…, Pierre, Michel, Mesmy… et Pierre-Louis. Des carriéristes et serviteurs inconditionnels du système raciste et antinational.

      L’Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

      REPLY
  • Ada
    8 décembre 2021, 07:08

    Vous oubliez en prodigant votre conseil du dernier paragraphe que plusieurs de ces cadres savent déjà à l’avance qu’ils vont devoir abandonner leur titre, que ce n’est pas franchement une surprise pour eux et qu’ils ont fait un choix pour sauver l’avenir de leurs enfants.

    REPLY
    • Amaru II @Ada
      9 décembre 2021, 13:49

      A chacun ses choix et sa conception de la vie mais je crois que la plupart ont immigré en toute connaissance de cause. On immigre rarement pour soi , presque toujours pour sa progéniture. En renonçant à son ancien statut, le "chauffeur de taxi" s’offre enfin la garantie d’évoluer dans un système bien organisé, avec un État présent,responsable et fonctionnel qui lui fournit les services de base auxquels il a droit; services qui , chez lui , étaient un luxe,voire un privilège réservé à une minorité de chanceux et de pillards jouisseurs . Le chauffeur de taxi paiera tranquillement ses factures et aura accès à tout ce que la société moderne a à lui offrir sans devoir flatter ou implorer qui que ce soit. Tout le monde n’est pas nécessairement confortable à devoir slalomer parmi les immondices pestilentiels sur des routes défoncées tous les matins pour se rendre au bureau ou à sa belle clinique tout en guettant d’éventuels kidnappeurs. Tout le monde n’est pas non plus confortable à l’idée de prier pour quelques heures d’électricité ou quelques gouttes d’eau potable par semaine au 21 e siècle . Certains préfèreront être borgnes et glaucomateux au pays des aveugles là où d’autres préfèreront porter momentanément des verres au pays des clairs-voyants: à chacun ses choix et sa conception de la vie donc…

      REPLY
      • Martial@Amaru II
        11 décembre 2021, 07:25

        Merci d’avoir résumé ma pensée.

        REPLY