Jean Rebel Dorcenat : « Joseph Jouthe s’opposait à la divulgation des noms de trafiquants d’armes »

Jean Rebel Dorcenat : « Joseph Jouthe s’opposait à la divulgation des noms de trafiquants d’armes »

Le coordonnateur de la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et Réinsertion, Jean Rebel Dorcenat, a fait des révélations fracassantes sur l’ancien premier ministre Joseph Jouthe, pendant sa participation à l’émission « Haïti Débat » sur les ondes de Scoop FM, ce mercredi 6 avril 2022.

Intervenant sur la situation sécuritaire du pays, Jean Rebel Dorcenat a révélé que Joseph Jouthe, chef du gouvernement et président du CSPN d’alors, s’opposait à la publication des noms de trafiquants d’armes à cause de trois noms figurant sur la liste qui seraient des proches de personnes influentes dans le pays.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Vous savez, il y a trois noms dans la liste qui sont proches d’une série de gens et ça pourrait me mettre en difficulté », avait déclaré Joseph Jouthe à Jean Rebel Dorcenat qui met l’ancien premier ministre en défi de le démentir.

S’il a fait des révélations choquantes sur les liens existant entre Jouthe Joseph et certaines personnes sur la liste des 11 personnes qui alimentent l’insécurité en fournissant des armes et des minutions aux bandits, M. Dorcenat a également évoqué les 9 points frontaliers du pays où le trafic d’armes est le plus fréquent.

« Il y a 9 endroits sur la frontière où le trafic d’armes est le plus commode, nous les avons identifiés et nous avons transféré l’information aux autorités concernées, jusqu’à présent aucune mesure n’a été prise pour le freiner », a dit M. Dorcenat.

Outre ces points frontaliers, les ports de Saint Marc, Miragoâne et l’Afito sont aussi les portes d’entrée d’armes et de minutions dans le pays.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    6 avril 2022, 23:32

    On se rappelle, le Machin qu’on appelle Joseph Jouthe avait dit Haïti n’existe même pas sur du papier. Comme PM, il refusait de prendre ses responsabilités. La raison était claire, il avait des liens avec certaines familles qui alimentent l’insécurité. Kote yon Machin tankou ansyen PM oswa nouvo PM te ka mennen Ayiti vers les plus sommets. An 36 lane Dezas ak Kao, sèl pwofesè Leslie François Manigat ki pat yon Machin, yon tibagay.

    Les Machins sont plus nombreux parmi ceux qui rêvent de diriger le pays. Sa vle di, peyi a fèk kare nan mera. En lieu et place de Machin, professeur Bolivar préfère les appeler, "Jankanj." Dans un pays pourri pareil, un papa Doc serait dans son plat avec ces 11 familles. Un jour viendra…

    REPLY