L’armée Burkinabaise divorce avec la régime de Roch Marc C. Kaboré, président du Burkina Faso depuis 2015

L’armée Burkinabaise divorce avec la régime de Roch Marc C. Kaboré, président du Burkina Faso depuis 2015

Coup d’État au Burkina Faso, ce lundi 24 janvier 2022. L’armée Burkinabaise a tourné le dos au régime de Roch Marc Christian Kaboré, élu président du Burkina Faso depuis 2015. Les raisons derrière ce coup d’état sont les attentats terroristes subis par le pays depuis les élections présidentielles en 2015.

Les attaques jihadistes sur le sol burkinabè a pas mal augmenté au cours de ces dernières années. En effet, depuis l’ascension de Roch Marc Christian Kaboré à la tête de la présidence, le pays a subi de nombreuses attaques sans qu’aucune stratégie ne soit déployée pour y faire face.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Ces attaques ont fait de nombreux morts et plusieurs blessés graves. ” En janvier 2016, l’attentat contre l’hôtel Splendid et le Café Capuccino à Ouagadougou fait 30 morts, majoritairement des étrangers. En août 2017, 21 personnes sont mortes dans une nouvelle attaque ayant eu lieu à la capitale. Et à partir de 2018, les attaques sont devenus plus courantes, – quasi quotidiennes – “, a rapporté RFI.

Outre les nombreux morts, plusieurs burkinabais et burkinabaise ont dû abandonner leur foyer soit 1.5 millions de personnes pour fuire l’insécurité de leurs villes. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir cru aux promesses du président déchu Roch Marc Christian Kaboré. En effet, ce dernier avait été réélu en novembre 2020 promettant de lutter contre les attaques jihadistes. Rien n’y fit. L’insécurité a continué à grandir au détriment de la population burkinabaise.

Face à cette situation, les soldats burkinabais ont annoncé ce lundi la destitution du président Kaboré sur la chaîne nationale du pays. Afin de ramener l’ordre constitutionnel et ce, dans ” un délai qu’ils disent raisonnable “, les frontières seront fermées et le gouvernement actuel ainsi que l’Assemblée nationale seront dissouts.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *