Les membres du SPNH-17 dénoncent une persécution de la part des autorités policières

Les membres du SPNH-17 dénoncent une persécution de la part des autorités policières

Au cours d’une conférence de presse, tenue en ses locaux, ce mardi 23 mars 2021, à Bois-Verna, les membres du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH-17) ont dénoncé une persécution venant du haut état-major de la Police Nationale d’Haïti (PNH). D’après les déclarations du porte-parole du syndicat, Domon Saint-Cyr, les membres de sa structure sont victimes de fausses accusations.

Pancartes en main, les membres du SPNH-17 se sont exprimés ce mardi. Alors qu’un sit-in était prévu, l’avis de recherche émis par la PNH contre plusieurs membres du SPNH-17 les a contraint de faire marche arrière.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Plusieurs membres, notamment le coordonnateur général du syndicat, Jean Elder Lundi, sont recherchés pour des faits commis par le groupe Fantom 509.

Face à cette situation qui prête à confusion, le porte-parole du SPNH-17 a porté des démentis formels aux propos faisant croire qu’il serait membre du groupe Fantom 509. Domon Sainsy a expliqué que le SPNH-17 n’a aucun lien avec les membres du groupe Fantom 509 comme le haut état-major de la PNH veut le faire croire.

En outre, le porte-parole du syndicat de la police, qui est une association reconnue par l’État haïtien, en a profité pour lancer un appel au calme et à l’unité aux policiers du pays. Aussi, il les a invité à ne pas tomber dans la provocation. “C’est de l’intimidation vu que nous luttons pour faire respecter nos droits”, a déclaré Domon Sainsy.

D’un autre côté, l’avocat du SPNH-17 qui a été arrêté et relâché après quelques heures, Jean Fritz Magny, s’est exprimé sur les accusations de la PNH sur certains membres du syndicat. Il a annoncé que des mesures judiciaires seront prises pour défendre les membres de cette structure faussement accusés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *