Qui a tué Jean Dominique? 21 ans après la question demeure vivante

Qui a tué Jean Dominique? 21 ans après la question demeure vivante

Assassinés le 3 avril 2000 sur la cour de la Radio Haïti-Inter, le célèbre journaliste haïtien, Jean Léopold Dominique et son gardien, Jean-Claude Louissaint, peinent à obtenir justice. Leurs dossiers classés dans les tiroirs depuis 21 ans semblent être jetés aux oubliettes.

Depuis tantôt plusieurs années, aucune vraie avancée n’a été effectuée dans le cadre de l’affaire Jean Léopold Dominique qui se trouve à la cour de cassation. Tandis que chaque année à pareille date, des voix s’élèvent de partout pour poser cette question capitale : qui a tué Jean Léopold Dominique?

Barbancourt

le rhum des connaisseurs


Cependant, ses assassins courent encore les rues et les autorités judiciaires tournent en rond en ouvrant ainsi la voie à l’impunité. Chaque jour qui passe beaucoup sont ceux qui se demandent quand est-ce que la lumière sera faite sur ce dossier.

Jean Léopold Dominique a toujours été un avant-gardiste dans la lutte contre les dictatures et régimes autoritaires, jusqu’à son assassinat en 2000, crime pour lequel personne n’a jamais été poursuivie.

2 comments

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

2 Comments

  • Daniel Albert
    3 avril 2021, 18:15

    Vous savez tres Bien que le tueur c"est Jean Bertrand aristide

    REPLY
  • Antoine Langomier
    4 avril 2021, 02:58

    Bref aperçu…

    Le Système raciste et antinational (100% Importation, 0% PRODUCTION NATIONALE) ne peut pas tenir sans l’IMPUNITÉ. Dans une alliance contre nature avec le faux démocrate René Preval, la "société civile" (tout moun jwenn) n’exigeait pas la justice pour la famille de l’innocent journaliste Jean Léopold DOMINIQUE. Ce dernier s’était trompé de combat et d’amis.

    La "société civile" est en mode bandition contre Jovenel Moise. Elle voulait sans perdre de temps, Rapido Presto la justice pour la famille du bâtonnier Monferrier Dorval. Dans la balance des valeurs, Martelly et Jovenel ne pèsent pas plus lourds que Preval. La raison est simple, le tipaskout Preval avait mis toute la "société civile" sous ses bras. À travers les commissions présidentielles en veux-tu en voilà, il mettait dans le même panier les Kesner Pharel, Michel Hector, Claude Moise…, Cary Hector et Charles Suffrard. En faisant le jeu de Preval, Claude Moise avait jeté chez Madame Victor ses livres, "Constitutions et luttes de pouvoir en Haiti."

    Dans le cadre du système, un certain Jovenel Moise n’avait pas cette chance. Les commissions présidentielles de "nèg bannann nan" n’avaient abouti à rien. Mort-nées. Mwen tap bliye, les“Etats Generaux Sectoriels” avaient connu le même sort. Et pour le Référendum??? Pari difficile!!!

    Dans le cadre du système, sous l’oeil vigilant des électrons libres Frantz Verella… et Jean Max Bellerive, les compatriotes Marie Christine Jeune, Mireille Durocher Bertin, Antoine Leroy, Jean Léopold Dominique… et Éric Pierre ont enfanté Evelyne Sincère, Manès Monchéry et famille (sa femme et deux enfants en bas âges), Monferrier Dorval… et Grégory Saint-Hilaire. Point barre.

    L’Observatoire des Questions Haitiennes et Internationales

    REPLY