STOPPER LA VIOLENCE

STOPPER LA VIOLENCE

Déjà 5 mois depuis l’assassinat odieux du président Jovenel Moïse, le pays s’enlise dans la violence.

Ce 7 décembre 2021, marque le 5ème mois depuis l’assassinat crapuleux du président Jovenel Moïse en sa résidence privée à
Pèlerin 5.

Ce crime de plus et de trop, place la société haïtienne dans un tournant, celui d’un engagement indiscréminé contre l’impunité.

Qu’il s’agisse du bâtonnier Monferrier Dorval, de l’étudiant Gregory St Hilaire, de l’écolière Evelyne Sincère, du Dr Jean Ronald Joseph, du président Jovenel Moïse, du militant Tiblan Tatou et plus près de nous, d’Hadassa Morency, cette fillette tuée d’une balle perdue ce 6 décembre, le jour de son 7ème anniversaire, la justice haïtienne devait pouvoir faire la lumière et punir les assassins quels qu’ils soient.

Cependant, le cas de Jovenel Moïse revêt un symbole particulier, celui d’un président de la République en exercice. Par cet assassinat, l’image du pays se trouve encore plus dégradée. Comme conséquences, des difficultés d’attirer des investisseurs étrangers, voire des touristes, au risque d’aggraver le chômage et la pauvreté.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le drame de nos compatriotes déboussolés et désespérés qui fuient le pays massivement participe de cette situation chaotique de violence et de mal gouvernance, engendrée par l’instabilité politique, dont l’un des effets néfastes est l’affaiblissement structurel de notre système de justice, incapable de sévir contre la criminalité sous toutes ses formes: tueries, assassinats, kidnappings, corruptions, contrebandes ect…

Parvenir à obtenir justice pour Jovenel Moïse, demeure une responsabilité nationale, pour sauver l’honneur de notre patrie Haïti.

L’aboutissement de ce procès est crucial, pour rétablir la confiance et développer notre capacité de peuple, à garantir à travers des institutions habilitées de l’État, la sécurité des vies et des biens.

Nous sommes aujourd’hui dans une guerre civile entre gangs et gangs, entre la police et des gangs, qui traumatise toute la population sans exception.

Les fractions politiques opposées doivent comprendre la nécessité d’une trêve aux confrontations sans grandeur, pour qu’ensemble les forces vives du pays sans exclusive, se mobilisent, pour enrayer ce phénomène grimaçant de l’insécurité qui s’attaque à la liberté citoyenne, l’aspiration fondamentale pour laquelle le peuple haïtien continue de se battre sans relâche.

Cinq mois après l’assassinat du président Jovenel Moïse, la situation générale du pays se dégénère, en butte à une pratique d’exclusion qui nous empêche de remonter la pente.

Notre seule option réside dans notre capacité à transcender nos clivages, afin d’instaurer le climat raisonnable du Vivre-Ensemble, dans la paix et le progrès pour tous.

Ce sera en plus de la justice pénale, la justice sociale à laquelle nous aspirons.

En réclamant justice pour le président Jovenel Moise ainsi que pour toutes les autres victimes de la violence infernale et aveugle qui détruit notre société, nous appelons à la mise en commun des énergies bienveillantes, pour STOPPER l’horreur des exactions abominables. Stopper la violence des gangs, mais aussi la violence verbale, pour relever Haïti en dignité, dans la prospérité.

Evans PAUL KP
7 décembre 2021

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    8 décembre 2021, 16:05

    Il ferait mieux de se taire, au lieu de troubler le sommeil du poltron Jovenel Moise!

    En préparant ses vieux jours en dehors des yeux de la population, comme son patron Jovenel Moise, il refuse de faire référence aux vrais gangs (11 familles) qui s’adonnent dans le commerce des armes et munitions illégalement dans le pays. Ce ne sont pas les Gangs 9 qui contrôlent les douanes, les ports et les aéroports.

    Contrairement à ce pense l’ "ancien militant" Evans Paul, le vrai Vivre-Ensemble doit nécessairement passer par la mise à MORT du système. Sinon le système continuera à survivre en achetant les faux militants comme KP et son fils spirituel André et à venir à bout des nouveaux Jovenel Moise qui refuseront de marcher sur les traces du faux démocrate René Préval. Pran poz Pouryaris/Manfouben pou pete sosyete mawozo ak sektè, pa fè blofè pou pete "Analfabèt pa bèt" ak "Tèt kanna/Tèt kodenn" nan denonse pwop sistèm ou, fè Kob ou nan kontra Blackout, sèvi sistèm nan… ak bay nèg "Klas Mwayenn" djob ki bezwen fè Patekwè ak Arivis nan komisyon pwezidansyel si pa gen plas pou yo nan bagay yo rele ministè yo ak lot bwat lamayot yo (CSCCA, BAF, UCREF… ak ULCC).

    Oui, Evans Paul ferait mieux de se taire, au lieu de se faire complice des assassins du président Jovenel Moise! STOP!!!

    L’Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

    REPLY