Transféré à la cour d’appel de Port-au-Prince à titre de chargé de mission, Péguy Jean claque la porte

Transféré à la cour d’appel de Port-au-Prince à titre de chargé de mission, Péguy Jean claque la porte

L’ex-Coordonnateur de l’Unité de Communication du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique, Péguy Jean, a remis sa lettre de démission au ministre de la justice Rockfeller Vincent 3 jours après avoir été transféré à la cour d’appel de Port-au-Prince à titre de chargé de mission.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Dans sa lettre de démission monsieur Peguy Jean révèle les raisons pour lesquelles il a pris cette décision. « Monsieur le Ministre, en ma qualité d’avocat, je sais pertinemment que le transfert d’un fonctionnaire constitue un acte légal répondant aux besoins réels de l’Administration. Cependant, ma clairvoyance me permet de faire le distinguo entre un acte pris dans l’intérêt de l’Administration et un acte de représailles. Il ne fait aucun doute que vous avez été motivé par le 2me cas », a-t-il écrit précisant qu’un tel comportement constitue une atteinte grave à la liberté d’expression dont jouit tout être humain.

Me Jean fait une leçon de démocratie au titulaire du MJSP. « Il serait primaire de vous apprendre que la liberté d’expression en Haïti est garantie par la Constitution qui, en son article 28, stipule: « Tout haïtien a le droit d’exprimer librement ses opinions, en toute matière, par la voie qu’il choisit ». Elle est aussi garantie par la Déclaration Universelle des droits de l’Homme ».

Me Jean a été licencié après un tweet sur lequel il revient. « Dans mon Tweet du lundi 18 janvier 2021 aux environs de 5h47 du soir, je n’ai fait que relater une information qui m’a été donnée par un citoyen haïtien, un constituant et ex-Sénateur de la République. Et le mercredi 20 janvier, le concerné, à savoir Me. Reynold GEORGES qui est une personnalité publique très connue, intervenant à l’émission Micro-IBO sur Radio IBO 98.5, a repris publiquement au micro du journaliste Yandy Frantz Fidèle, les mêmes propos selon lesquels il a été contacté par le Congrès Américain pour produire son opinion sur le dossier qui fait la Une depuis quelques temps, à savoir la date effective de la fin du mandat du Président Jovenel Moïse. Le fait par moi de rendre public sa déclaration à travers un tweet, en quoi cela constitue une violation de la Constitution et des règles régissant l’Administration Publique? », s’est-il demandé.

1 comment

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    21 janvier 2021, 15:58

    Mwen te dil deja sou sit la, Misye tankou tout lot Ayisyen ki soti nan menm Klas Sosyal ak li, Yo Pa Gen IDEYOLOJI POLITIK, 99,99% ladan yo se KALIKO, sa vle di yo San Lanve, San Landwat. Pou m ilistre, yo ka Sevi nome JB Aristide/R Preval ak Martelly/Jovenel nan menm kondisyon an ak menm ZEL/FOUG la. Sa ki pi dwol la, Opinyon Piblik Mawozo Gwo Pil la pap di yo anyen. Se pa ti pwoblem piti non sosyete ayisyenn nan genyen. Se moun ki FATRA ki pa ka Fimye nan tout nivo nan sosyete a ki provoke tout pwoblem sa yo. Fok nou gade pi lwen poun ka Konprann koman milite yo, marasa Aristide/Preval, Martelly, Privert ak Jovenel ka fe MENM VOKSAL la ak pouvwa a deyo do plis pase 80% popilasyon an.

    Map raple, jounalis la pa gen IDEYOLOJI POLITIK, men sanble li gen Diyite. Map fe nou konnen, Diyite se pa yon jou ou leve ou genyen sa, se TOUT LAVI pou montre sa. Se pou tet sa, mwen di SANBLE paske jounalis la vivan toujou. Map kontinye pran not sou tout moun ki Aktif nan yon domen kelkonk nan sosyete a….

    Obsevatwa Zafe Ayisyen ak Lotbodlo

    REPLY