X

X


Assassinat par balles de Néhémie Joseph, l’AJH condamne

Assassinat par balles de Néhémie Joseph, l’AJH condamne

L’Association des journalistes haïtiens (AJH), dans une note de presse, dit avoir appris avec consternation et tristesse la nouvelle de l’assassinat par balles de Néhémie Joseph, journaliste à Radio Panic FM et correspondant de Radio Méga à Mirbalais, dans la soirée du jeudi 10 octobre 2019.

”L’AJH condamne avec force ce meurtre. L’AJH présente ses sympathies à sa famille, ses amis, ses confrères du département du Centre, ses collègues de Panic FM et de Radio Méga, et à toute la corporation, en générale”, lit-on dans cette note presse signée par le secrétaire général, Jacques Desrosiers.
 
”Après le photojournaliste Vladjimir Legagneur, mars 2018, le copropriétaire de Radio sans fin (RSF), Rospide Pétion, juin 2019, Néhémie Joseph vient allonger la liste des journalistes et travailleurs de presse disparus et assassinés en dix-huit mois, environ”, regrette l’AJH.
 
Jacques Desrosiers déplore ”l’incapacité manifeste de la PNH et de la justice à identifier et à poursuivre les auteurs de nombreux cas d’assassinats, de disparitions, de bastonnades, d’agressions et d’attaques contre des journalistes et des travailleurs de la presse favorise l’impunité et encourage la répétition de pareils actes”.
 
”Quoique sceptique, l’Association des journalistes haïtiens appelle la Police nationale d’Haïti (PNH) à diligenter une enquête afin d’identifier les auteurs de l’assassinat du journaliste Néhémie Joseph pour qu’ils puissent répondre de leur acte par devant la justice.  D’Autant que les informations ont rapporté qu’il dénonçait des menaces dont il faisait l’objet, depuis plusieurs jours”, a souligné Jacques Desrosiers.
 
Comme dans sa note de protestation du 24 septembre dernier, «l’Association des journalistes haïtiens dit prendre acte, qu’aujourd’hui, la sécurité des journalistes dans l’exercice de leur profession n’est garantie ni à l’intérieur des institutions de pouvoir, ni dans les rues ni dans les lieux publiques de rassemblement»
 
”Dans cette période de trouble, de confusion et d’intolérance, l’AJH appelle encore une fois les journalistes à la prudence, à la vigilance ”, a conclu Jacques Desrosiers.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *