Gonaïves : Fritz Désir, porte-parole des familles victimes du massacre de Raboto, exige la poursuite du dossier d’Emmanuel Toto Constant

Gonaïves : Fritz Désir, porte-parole des familles victimes du massacre de Raboto, exige la poursuite du dossier d’Emmanuel Toto Constant

Le porte-parole de l’Association des victimes du massacre du 22 avril 1994 de Raboto, Frizt Désir, a appelé les autorités judiciaires haïtiennes à prendre toutes les mesures nécessaires afin qu’Emmanuel Constant dit Toto Constant  puisse  répondre de son implication dans le massacre de plusieurs familles vivant dans ce quartier après le coup d’État militaire de 1991.

Suite à la déportation d’Emmanuel Constant vers Haïti le mardi 23 juin 2020, de nombreuses organisations de défense des droits humains n’ont cessé de demander à l’État haïtien de prendre les mesures appropriées pour lui permettre de répondre des actes criminels commis dans le pays.

Dans la ville des Gonaïves, le porte-parole des victimes du massacre de Raboto, Fritz Désir, a emprunté la même voie exigeant que toutes les mesures soient prises pour que Toto Constant puisse répondre de ses actes et de rendre justice aux familles victimes.

 » Quand vous pratiquez le mal, vous devez en payer pour cela. Après le dernier procès du massacre en 1998, il n’y a jamais eu de véritable dédommagement pour les familles des victimes. Lors de ce procès, Emmanuel Constant a été jugé par contumace car il était aux États-Unis. Maintenant qu’il est  expulsé vers le pays, nous voulons qu’il soit présenté par devant la justice afin de répondre de ses actes criminels “, a déclaré Fritz Désir.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le massacre de Raboto a eu lieu, selon les informations, en raison d’un mouvement pro-Aristide. De nombreux citoyens de Raboto avaient l’habitude d’organiser des manifestations, de cacher des fugitifs et de distribuer des propagandes pro-Aristide. Le 22 avril 1994, des civils et  militaires du FRAPH ont atterri dans le quartier de Raboto et sont allés de maison en maison pour tuer et terroriser la population de cette zone.
Les gens trouvés ont été arrêtés, battus ou noyés. D’autres qui ont tenté de s’échapper ont été poursuivis jusqu’à la mer et furent arrêtés et tués en ensuite. Le nombre exact de personnes tuées dans ce massacre n’a jamais été officialisé. Certains corps ont été enterrés et d’autres portés disparus.

Par Rolguy Docteur

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    25 juin 2020, 21:46

    Les victimes du massacre de Raboto, de la Scierie, de la Saline, de Carrefour Feuilles, de l’operation Bagdad I et II… et du Fraph, passent pour des pertes et profits.

    Et c’est dommage, Mireille Durocher Bertin, Brignol Lindor, Jacques Roche… Marie Christine Jeune et Jean Leopold Dominique, ne sont pas present.es pour nous dire plus sur les Pertes et Profits. La democratie et ses corteges de Cadavres.

    Papa DOC ou pat fo demokrat, repose en paix!

    L’Observatoire

    REPLY