Éphéméride du 14 février : Retour sur l’histoire d’Haïti et celle du monde

Éphéméride du 14 février : Retour sur l’histoire d’Haïti et celle du monde

2006 : La mission des Nations Unies en Haïti prorogée pour six mois

Par une résolution (CS/8639) adoptée en ce jour, le Conseil de sécurité décida de « proroger jusqu’au 15 août 2006 le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), établi dans les résolutions 1608 (2005) et 1542 (2004)… ».

Journée International

14 février : Journée internationale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales

Une journée consacrée aux maladies cardiaques le 14 février, fête des amoureux ? le raccourci est facile mais il permettra au moins de penser un peu plus aux peines de coeur les plus sérieuses… l’histoire commence en 1999, aux USA, où J. Imperati, mère d’un enfant atteint d’une malformation cardiaque, a l’idée que le jour de la Saint Valentin serait un jour de sensibilisation du grand public aux cardiopathies congénitales.

En quelques mois, grâce à l’élan de l’association C.H.I.N (Congenital Heart Information Network), de nombreux états des Etats-Unis et de nombreux pays dont l’Australie, le Canada, l’Allemagne, la République Indiennee, le Liban, l’Irlande, la Pologne, Les Emirats Arabes, l’Angleterre et d’autres acceptent cette proclamation.

Le nom officiel de cette journée est “Congenital Heart Defect Awareness Day”, que l’on pourra traduire “Journée Nationale de sensibilisation aux malformations cardiaques congénitales”.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Vous avez dit cardiopahie congénitale…

Il naît chaque année en France entre 6500 à 8000 enfants portant une malformation cardiaque, appelée cardiopéthie congénitale. Ces malformations peuvent être plus ou moins invalidantes, sont -ou ne sont pas- opérables, mais constituent dans tous les cas un handicap durable pour les personnes atteintes.

Des association luttent pour permettent aux personnes atteintes de mieux s’insérer et voir reconnaître leurs droits dans la société.

14 février : Journée internationale de l’épilepsie

L’épilepsie reste une maladie encore mal connue. C’est pourquoi, malades et médecins ont décidé de sortir l’épilepsie de l’ombre en organisant, depuis l’an 2000 une Journée nationale dédiée à l’épilepsie. La Journée Internationale de l’Epilepsie se déroule, depuis 2015, le 2ème lundi de février, et ce dans plus de 120 pays.

La plupart d’entre nous confondent l’épilepsie avec sa manifestation la plus spectaculaire, la crise tonico-clonique ou généralisée ; et seulement 20 % savent qu’elle traduit un dysfonctionnement du cerveau.

Il n’y a pas une mais des épilepsies…

L’épilepsie est une maladie neurologique. Elle est l’expression d’un fonctionnement anormal de l’activité du cerveau. Les influx naviguent depuis le corps de la cellule nerveuse via le nerf jusqu’au muscle à activer. Ils peuvent être assimilés à une activité électrique, qui est anormale chez les sujets épileptiques. Cet influx électrique excessif et anormal gagne toutes les cellules nerveuses de proche en proche et provoque la crise d’épilepsie. Cependant compte-tenu des diverses formes de ces crises et de leur évolution, il n’existe pas une mais des épilepsies.

Apprendre les bons gestes

Un des buts de cette journée est d’informer tout un chacun sur les bons gestes devant une personne en crise ; en particulier il est inutile de mettre un objet dans la bouche, ni de l’empêcher de se débattre. La meilleure attitude est de la placer en position latérale de sécurité et de la protéger des regards curieux ou effrayés.

Un traitement efficace

Les épileptologues (médecins neurologues spécialistes de l’épilepsie) se réjouissent de la panoplie de médicaments désormais à la disposition des malades. Une vingtaine de molécules actives ont été mises au point, qui agissent sur les différents types d’épilepsie. Aujourd’hui, 70 % des cas d’épilepsie peuvent être soignés avec succès. Après 2 à 5 ans sans nouvelle crise, environ 70 % des enfants et 60 % des adultes pourront suspendre, sous contrôle médical, le traitement sans risque de rechute.

Un thème pour 2022

“L’épilepsie, parlons-en !”
pour mieux faire connaître l’épilepsie et ses différentes manifestations
pour combattre la méconnaissance et les préjugés autour de l’épilepsie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *