Opinions : Vous avez dit DICTATURE ???

Opinions : Vous avez dit DICTATURE ???

Les médias nous saoûlent, ces jours-ci, de ces discours de « leaders politiques » qui eurent pu éveiller et réveiller face à la réalité, de même que de ces rhétoriques somnifères, dénis de la réalité qui inhibent. Evidemment, certains discours sont audibles avec des mots comestibles, qui passent dans l’opinion. Il y a aussi ceux qui sont bruyamment inaudibles avec leurs maux oratoires, au relent destructeur.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Dans une sorte d’incapacité chronique à reconnaître le moindre mérite au pouvoir en place, certains médias tentent d’inoculer dans nos veines le sérum d’une asphyxiante pensée unique, univoque et uniforme qui récuse avec une manifeste mauvaise foi notre statut de démocratie sous la présidence de Jovenel Moïse. On se frotte les yeux, on s’essuie les oreilles, on se torture la moelle épinière à lire et à entendre certains opposants et certains «société-civilards» qui osent soutenir qu’Haïti est en recul démocratique et que Jovenel Moïse est un apprenti dictateur, quand il n’est pas un dictateur, tout court.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Après ses différentes interventions et causeries sur les médias traditionnels et sociaux auxquels il nous a habitués depuis longtemps déjà! Dans quelle dictature, on peut voir pareil exercice? Assister à de telles prestations médiatiques dans lesquelles il présente l’état de la Nation, dénonce ceux qui font obstacle au développement du pays et rend des comptes sur ses projets et réalisations au bénéfice de la population. Et ce, en dépit de l’indifférence et des vaines tentatives de diabolisation politico-médiatique, d’enfumage par pétards verbaux, d’une certaine presse, dite militante ou complaisante envers l’opposition, qui préfère avachir la conjoncture sociopolitique dans de stériles débats. C’est un traitement injuste que l’on inflige au Président Jovenel Moïse.

Heureusement, le Chef de l’Etat ne se laisse point distraire. Lui qui est résolument tourné vers des réalisations encore et encore à même de hisser Haïti vers le sommet de l’émergence. Le chemin du travail qui ennoblit l’homme et qui embellit une nation ne s’accommode point de monologues parallèles. Il n’emprunte pas les assourdissants soliloques qui peuplent les argumentaires de quelques psychanalystes, analystes et autres spécialistes de bazar, armés de mensonges, de médisances. N’en rajoutons pas ad nauseam, aux productions issues de la fabrique des imposteurs où l’éthique, la qualité, la réflexion et la vertu sont prohibées. Certains ouvriers de cette fabrique sont dans des récriminations faciles…par clavier.

Un bilan de 4 années, pourtant bien costaud
L’essentiel est que des Haïtiens de bonne foi -pourtant très nombreux !- s’intéressent au discours de Jovenel et l’observent de très près dans ses moindres faits et gestes. Rarement dans notre histoire, on a vu un Président qui ose remettre en question les privilèges d’une certaine classe de détenteurs de capitaux mal accumulés depuis 1804.

Le Président de la République balise un autre chemin et ouvre un espoir au pays, un espoir qui demeure et puisse conforter notre stabilité politique tant souhaitée et nos performances économiques dans un environnement aux convulsions in-sécuritaires, ravageuses et corrosives. Les meilleures réponses que le Président Jovenel Moïse a toujours apportées à ses contempteurs, restent la vertu du travail. Ce n’est facile, ce chemin. Toutefois, «le travail, s’il peut faire souffrir, c’est parce qu’il est porteur de nombreuses promesses».

Les résultats sous la présidence de l’actuel locataire du Palais National sont sans commune mesure. Bien sûr, ce n’est pas le nirvana économique et social. Mais ce n’est pas non plus l’enfer dans lequel les nihilistes veulent enfermer la gouvernance actuelle. Si le Président Jovenel Moïse a «osé» faire dans un exercice de résilience mais de préparation de l’avenir, c’est parce que son bilan est bien costaud, n’en déplaise aux spécialistes des tempêtes et des orages.

Après l’intervention du Chef de l’Etat suivie de la publication du document-bilan des 4 ans de sa gouvernance, sur lequel Pouvoir et Opposition peuvent trouver bien de bonnes matières à pétrir et à penser pour un futur meilleur, qui peut dénier au Président d’avoir une vision et de nourrir une grande ambition pour le pays ? Sa vision, qui cristallise les attentes et les espoirs, a été forgée au contact du pays profond, au constat du malaise social et des nombreuses fractures qui traversent la société. Elle découle d’une connaissance intime des réalités de nos terroirs, de l’observation des dures réalités quotidiennes et des conditions de vie précaires de la population.

La vision du président de la République s’est enrichie de patientes séances d’écoute, de discussions et de partage avec les Haïtiennes et Haïtiens de tous les âges, de toutes les conditions, de toutes les régions du pays et de la diaspora. Elle est condensée dans le programme du candidat qu’il fut, où il promettait de mettre la terre, les hommes, l’eau et le soleil ensemble pour pouvoir démarrer sa révolution économique.

Il n’en est pas question dans une dictature. Et ceux qui veulent le faire croire à tort et à travers le savent très bien.

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langomier
    17 février 2021, 00:03

    Ce n’est pas mauvais, Jovenel Moise a le droit d’avoir des partisans ici et là. Les marasa Aristide-Preval n’étaient pas de vrais démocrates. Ils avaient leurs partisans dans toutes les sphères de la société haïtienne. Tous les secteurs qui sont contre Jovenel Moise avaient permis à Lavalas de construire son pouvoir contre le pays.

    Dans quel que soit le camp kankannen, la pensée unique est mauvaise conseillère. Lavalas et alliés avaient mis au monde le PHTK et alliés. Et le PHTK et alliés ont ressuscité Lavalas et alliés dans les mêmes conditions.

    Le président de facto ou pas (en prenant en compte le camp de 2021 ou 2022) est dans l’impossibilité de devenir un dictateur. Mais, depuis le deuxième lundi du mois de janvier 2020, mêmes les "Analfabèt pa bèt" ne sont pas dupes. Le président de facto ou pas laisse la voie de la Démocratie Représentative. Les décrets pleuvent, en veux-tu en voilà.

    Le Béton n’arrive pas encore à s’en défaire de l’apprenti dictateur, parce que le 12ème Homme (yo te Abize l twop, li Fatige) dans son intégralité ne gagne pas à la cause des Jean Danton Léger, Liliane Pierre Paul, Dandin, Louidor, Paultre, Michel, Farreau…, Timothée, Odigé… et Espérance. Paraît-il, la Vérité est plurielle.

    Avec l’appui du "Core Group" et co, le président de facto ou pas continue sa route. Les compatriotes qui ne prennent pas fait et cause pour les camps kankannen ont les yeux rivés sur l’opposition dans son ensemble (y compris les barreaux et la société civile) et les manœuvres de Jovenel Moise pour sortir dans le Labyrinthe. Se pa dan kap kriyen.

    Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

    REPLY
  • L'haitien
    17 février 2021, 04:31

    J’ai failli y croire à cette pléthorie de mensonges 😂😂😂 , un bilan de 4 années costaud! Mais vous là qui écrivez cet article, vous vous êtes vendus jusqu’au plus profond de votre être, vous vous êtes une honte pour ce pays , vous faites pitié.. franchement, y’aura tjrs des médias achetables coe vous pour faire vivre la corruption ds tte son intégralité… mais l’histoire retiendra que vous avez été ds le camp des méchants, et tôt ou tard vous paierez tous bandes de lâches, pilleurs , honte à vous..

    REPLY