Quand Égard Leblanc rappelle à Garry Conille quelques principes liant la Présidence et le Gouvernement

Quand Égard Leblanc rappelle à Garry Conille quelques principes liant la Présidence et le Gouvernement

Le voyage du Premier ministre Garry Conille aux États-Unis, sans informer le Conseil présidentiel de transition, semble avoir mis mal à l’aise le Président du CPT qui a vite fait d’écrire au Chef du Gouvernement. Dans une correspondance signée par Edgard Leblanc dont Haïti24 a eu copie, ce dernier s’est donné la peine de rappeler à l’actuel occupant de la Primature quelques principes liant la Présidence et le Gouvernement.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Le Conseil Présidentiel de Transition (CPT) vous présente ses compliments et a l’avantage de souligner à votre attention l’importance de veiller à ce que les attributions présidentielles du CPT soient scrupuleusement respectées par le gouvernement », a souligné d’entrée de jeu Edgard Leblanc, rappelant à Garry Conille que l’orientation de la politique étrangère du pays relève du domaine privilégié de la présidence qui sera assurée tout au long de cette période intérimaire par le Conseil Présidentiel de Transition.

« En ce sens, il vous est formellement demandé de veiller au respect et à l’exécution diligente des
éléments suivants, entre autres :1. Soumettre au CPT, comme convenu et dans les meilleurs délais, le rapport d’évaluation du personnel diplomatique et consulaire sur la base de laquelle les récents rappels, les promotions et les
désignations aux postes de chefs de poste et chargés d’affaires ont été effectués ; 2. S’assurer que les représentations officielles du gouvernement qui engageront l’Etat à l’étranger
aient reçu l’accord préalable du CPT, une feuille de route prédéfinie par celui-ci ainsi que des directives nécessaires aux échanges prévus avec les personnalités et les instances internationales à
rencontrer », a précisé le numéro un de l’Organisation du peuple en lutte (OPL).

Ainsi, le CPT a dit renouveler sa confiance en la volonté du Premier Ministre de maintenir,
pour le plus grand bien du peuple haïtien, des relations harmonieuses entre la présidence et le
gouvernement.

S’achemine-t-on vers un bras de fer entre les deux têtes de l’Exécutif ? Une question totalement légitime.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *